Little Hanoï

Bo Bun Paris

Le bò bún. Depuis quatre mois, il constitue mon quotidien. Ou presque. Il enfile son attirail de super-héros et sauve la plupart de mes déjeuners. Pour de vrai. Car lorsqu’on travaille à Belleville, on a vite fait de boucler le tour des restaurants asiatiques de pacotille qui vous donnent l’impression de vous transformer en ravioli frit vivant et suintant. D’ailleurs on comprend vite le concept de tous ces bouis-bouis : mariner sous des volutes de graisse ambiante et engloutir l’équivalent d’un bol d’acides gras saturés avec quelques carottes râpées orange fluo et trois morceaux de viande élastique et bien adipeuse. On a persisté, pourtant. On en a essayé toute une tripotée. Et on en a essuyé, des déceptions. Car tout est reproductible, dans ces bicoques. Les chaises vernies, les tables graisseuses, les chats dorés qui secouent la tête, les serveurs aussi aimables qu’un nem en train de frire, et même le staphylocoque doré qui se prélasse dans nos assiettes. Car dans ces endroits là, ne pas se laver les mains, on dirait que ça tombe sous le sens. Alors lorsqu’on tombe sur un bò bún frais, joli et gouteux, on retient l’adresse. On la note frénétiquement, même.

Lire la suite