Le Ruisseau

Burger Paris

Oumpfr, scroutmpf, scroutmpf. On boulotte goulûment un tasty-cheesy burger qu’on dévore à une vitesse formule 1. On enchaîne les tours de piste, sans écraser les freins et sans foncer une seule fois dans le mur. On fait crisser nos incisives sur la piste moelleuse et goûteuse de notre burger. On ralentit juste pour afficher un grand sourire orné de morceaux de salade et de cheddar fondu.

Lire la suite

Le Chaméléon

Restaurant Paris

C’est parti. Nous revoilà. Prêts à écumer les nouvelles adresses en vogue et les incontournables toujours d’actualité. Prêts à dénicher de nouvelles pépites. Prêts à tester les endroits bobos qui s’empilent toujours plus, et les moins-bobos-mais-plus-authentiques qui persistent. Prêts à enterrer les pseudo-place-to be. Prêts à bourlinguer d’assiettes en assiettes et à écumer les adresses. Back in the game. Diplômes en poche. Incisives sur les starting blocks, toutes cisailles dehors. A TABLE !

Par quoi on commence alors. Re-commence, plutôt. Sûrement pas par une énième adresse bobo. Le bobo, c’est presque has-been. Tellement commun, tellement attendu désormais qu’on sait déjà à quoi ça ressemble avant même d’avoir mis le pied dedans. Même recette de décor, même mélange d’inauthenticité, même saveur de ouh-c’est-quand-même-cher-pour-ce-que-c’est, même débarras d’inefficacité qui nous fait nous demander si les végétaux à la carte ça ne serait pas nous.

Lire la suite

Little Hanoï

Bo Bun Paris

Le bò bún. Depuis quatre mois, il constitue mon quotidien. Ou presque. Il enfile son attirail de super-héros et sauve la plupart de mes déjeuners. Pour de vrai. Car lorsqu’on travaille à Belleville, on a vite fait de boucler le tour des restaurants asiatiques de pacotille qui vous donnent l’impression de vous transformer en ravioli frit vivant et suintant. D’ailleurs on comprend vite le concept de tous ces bouis-bouis : mariner sous des volutes de graisse ambiante et engloutir l’équivalent d’un bol d’acides gras saturés avec quelques carottes râpées orange fluo et trois morceaux de viande élastique et bien adipeuse. On a persisté, pourtant. On en a essayé toute une tripotée. Et on en a essuyé, des déceptions. Car tout est reproductible, dans ces bicoques. Les chaises vernies, les tables graisseuses, les chats dorés qui secouent la tête, les serveurs aussi aimables qu’un nem en train de frire, et même le staphylocoque doré qui se prélasse dans nos assiettes. Car dans ces endroits là, ne pas se laver les mains, on dirait que ça tombe sous le sens. Alors lorsqu’on tombe sur un bò bún frais, joli et gouteux, on retient l’adresse. On la note frénétiquement, même.

Lire la suite

Au comptoir de Brice

Burger Paris

On sort nos harpons et nos filets. La pêche au meilleur burger de Paris reprend. Et aujourd’hui, cap sur le Comptoir de Brice. On se tient prêt, piaffant et trépignant. On en a tellement entendu parler, de ce burger, reportage vidéo à l’appui, que nos glandes salivaires se transforment en outres rebondies à peine sortis du métro. Car chez Brice, ça ne rigole pas. Sa récente institution prône le home-made jusqu’au bout du steak. Le comté qui pique, les oignons confits, les chapeaux de pain moelleux cuits sur place, les graines de courge en guise de taches de rousseur, et la géniale sauce moutardée aux condiments. Le Gentleman Burger, au moins.

Lire la suite

Blend

Burger Paris

Haven’t tried Blend burgers ? Where in the world have you been? * 

Ohhh cette fois-ci, c’est du sérieux. Je ne parle pas de trois lamelles de cornichon vert marécageux enfouies sous un ersatz de steack suintant et dégoulinant. Ni de tranches de pain aussi moelleuses qu’une brioche oubliée sur le plan de travail depuis trois semaines. Ni de deux feuilles de salades aussi savoureuses qu’un sac plastique. Ni de fromage fondu jaune criard tendance canard de bain. Non.

Lire la suite

Lobster Bar

Restaurant Paris

 » Will you, won’t you, will you join the dance ? « *  Nous , on s’y joint sans hésitations. On embarque pour un tour, rouleaux et écume en vue. Roulements de tambours pour le homard encore posté sous son rocher, prêt à jouer des pinces et à allumer le moteur de ses dix petits pieds. « With the lobsters, out to the sea ! « *

Lire la suite

Helmut Newcake

Brunch Paris

Gluten free, for your pleasure. C’est le moment pour les farines de blé, orge et seigle de passer à la trappe. Il faut bien lui rentrer dans le lard, à cette auto-immunité barricadant l’accès à nos pâtisseries chéries. SI tant est que vous les subissiez, ces anticorps anti-transglutaminase. Avouez que si tel est le cas, vous aimeriez bien les ranger dans un tiroir l’espace d’un repas. Pour enfin laisser vos papilles prendre un bain moelleux chocolaté et plonger tout droit dans une religieuse au café. Pour détendre votre palais crispé par un massage éclair (vanille s’il vous plaît).

Lire la suite

L’Altro

Restaurant Paris

Stasera, on dîne (encore) italien. A croire qu’on fait la chasse à la pasta. Ambiance outre-atlantique cette fois, type loft américanisé. Tout de noir vêtu. Dépouillé mais avec goût, avec vue plongeante sur la danse des toques blanches. Nicely done.

Lire la suite

Louvre Bouteille

Restaurant Paris

Pop ! On fait sauter le bouchon. Pour découvrir une bonne bouteille, on espère. Prêts à déguster l’élixir du cuistot toqué master chef. On compte bien sur une master cuisine, au moins. Qu’on préférerait un minimum dans les clous. Car l’une des particularités du chef, c’est bien de ne pas emprunter les sentiers battus. Cuisson au lave-vaisselle, purée express au micro-onde, saumon doré au fer à repasser…Des lubies un poil démesurées.  Espérons juste qu’il ne soit pas passé chez Darty avant d’élaborer son menu.

Lire la suite

Pastavino

Pizza Paris

Pizza time. Oh oui, vous avez bien lu, il est l’heure de mordre à pleines dents dans une pizza digne de ce nom.  Forcément, le mot en lui même n’évoque rien d’autre que des restaurants à touristes ou des chaînes de livraison. Car d’une, on ne risque pas d’en trouver à la carte d’un bon resto, et de deux, on apprécie rarement quand on en déguste une. C’est souvent trop ci, trop ça, pour au final une déception courue d’avance. Pour se dire que de toutes façons, une pizza, ça n’est jamais bon. Oui, mais…et si ça existait vraiment une chouette pizza ?

Lire la suite

Caffè dei Cioppi

Restaurant Paris

Buonasera. La botte italienne nous appelle à nouveau à grand renfort de coups de talons. Tap, tap, il est temps d’aller découvrir des saveurs aux origines milanaises, mais pas seulement. Le ballon frôlant la pointe de la botte prend également part à l’alchimie. Un zeste de Sicilia, une pointe de Milano, on mélange, et on enfourne. Dans un tout petit four. Riquiqui. Exigu mais plutôt bien conçu. Car le bouillon d’idées de nos deux chefs se concentre sur une quinzaine de couverts, à peine.

Lire la suite

Rose Bakery Tea Room

Cakes Rose Bakery

Bakery ? En théorie. Factory ? Plutôt, oui. Rose Bakery tient désormais plus du concept store passé à la moulinette du succès. Pour un mouliné pas si réussi que ça. Les enseignes s’empilent à vue d’oeil, à tel point que le Bon Marché s’y met aussi. On ne leur en veut pas, certes. Si ça marche aussi bien, c’est qu’à l’origine c’était chouette. Un phénomène british-like qui fait valser entre les traditionnels déjeuner / thé / goûter. Sauf qu’à l’issue du déjeuner on a l’impression d’être venus juste pour le nom, et plus pour le concept.

Lire la suite

Le 6 Paul Bert

Restaurant Paris

Direction l’échoppe du nouveau chef québecois du coin. Qui a des clients à la planche (énormément). C’est que ça doit être bon en maudit (très bon). Alors on y va, astheure (maintenant) ?

Lire la suite

Pirouette

Restaurant Paris

Si vous voulez y monter, laissez-moi vous dire que vous ne vous casserez pas le bout du nez (pirouette, cacahouète). Ce n’est pas une drôle de maison, et les escaliers ne sont pas en papier. Tout est solide et bien solide. Un maçonnage fort bien réalisé. Pas un légume de travers. Pas une miette de crumble en trop venant déséquilibrer tout l’édifice. Une architecture culinaire bien pensée, jolie à regarder, et surtout chouette à savourer. Ça donne comme une envie de faire une pirouette, tout ça !

Lire la suite

H Kitchen

Chef Japonnais

H.K, comme H Kitchen. Ou comme Hidenori Kitaguchi, le chef nippon du lieu. Ou comme Harsh Killer. Car ici, ils achèvent le client. De satisfaction. Et comme il faut. Pas de quartier. Les plats nous font tomber les uns après les autres. Sans aucune imprécision. Jusqu’à ce qu’on n’ait plus qu’un seul mot en tête : encore ! Ils nous font trembler d’impatience, frissonner de surprise, et rôtir de satisfaction. Et c’est Hyper Kool.

Lire la suite

La Grande Crémerie

Bar à vins

Encore un bar à vins, c’est vrai. Mais il faut dire que prendre un verre de vin avec une assiette de fromage ou de charcuterie, c’est quand même plus agréable que de prendre un verre tout court. Ça revient un peu plus cher, mais soyons honnêtes, ça vaut quand même le coup. Ce soir-là, le guide du Fooding a encore frappé, et guidé nos pas vers la Grande Crémerie, cousine germaine de la Crémerie, plus ventripotente (spatialement parlant).  Le concept est stricto sensu le même qu’à la Crémerie, les produits identiques, les propriétaires également. The Conquest of Spaces pour faire court.

Lire la suite

Hélène Darroze

Restaurant étoilé Paris

Maintenant que voici la clôture venir, Pourrez-vous, Hélène, en vos lacs me tenir, La raison m’en éloigne mais votre rigeur dure, Puis il faut que mon goût obéisse à nature. Ces quelques vers de Ronsard ( très) revisités traduisent bien notre état d’esprit à la sortie de ce déjeuner. C’était bon, c’était joli, plutôt charmant même. Et là se situe tout le nœud du problème. Car ça n’était pas hyper ébouriffant ni hyper inoubliable. Il n’y a eu aucune faute ( sauf le vin, pas superbement choisi ). Tout était bien exécuté, d’un bout à l’autre. De l’accueil au discours des serveurs, en passant par l’accord des mets dans notre assiette. C’était bien. Mais voilà, chez les grands chefs, même pour un menu déjeuner, on s’attend à plus.

Lire la suite

Roger La Grenouille

Escargots Paris

On les entend presque coasser avant de passer sur le gril. La carte en est pleine, l’intitulé le laisse présager….la cuisse du grenouille est la star de la soirée. Ses courbures parfaites brillent sous le feu des projecteurs. Quelques flexions-extensions supplémentaires avant de suer sous les gousses d’ail et les branches de persil, et les voilà prêtes à atterrir sous nos molaires. French cliché vous avez-dit ?

Lire la suite

Bistro Burger

Burger Paris

Jour pluvieux, burger heureux ? Si seulement ! La rue d’Argout défigurée par la file d’attente de Blend nous fait changer de cap. Blend et leurs burgers hyper en vogue, ce sera pour un autre jour. L’appel du burger est pourtant trop insistant. Trempés jusqu’aux os, on sort notre burger-radar et on surfe sur les pavés dégoulinants pour se diriger vers Bistro Burger.

Lire la suite

L’ambassade de Bourgogne

Bar à vins

Could it be, that you and me are the lucky ones…Lana Del Rey à l’appui, les bonnes adresses s’enchaînent. Rien de tel pour nous faire oublier nos quelques dîners ratés. Point de guide pour diriger nos pas décidés. Encore une fois un bon feeling pour un bon tasting. Nous observons l’ambassade de Bourgogne sortir son épingle du jeu avec adresse. Sans artifices et sans prétention.

Lire la suite

Da Rosa

Restaurant Paris

Da Rosa, c’est une découverte inopinée. Et pas des moindres. La devanture m’a tapé dans l’œil. En même temps, comment rester insensible à ce bataillon de jambons secs disposés militairement au sein d’un désordre joliment exécuté ? Il nous fallait en savoir plus. On lorgne sur les assiettes en entrant, très appétissantes. J’ai hâte de commander, ce qui ne m’était pas arrivé depuis un moment.

Lire la suite

Dip’s

Restaurant Paris

L’intitulé laisse songeur. Quoi, on va vraiment tout tremper dans une tripotée de sauces ? Ma première pensée à la vue de ce titre : « Dip’s, ou comment noyer le poisson ». Au sens propre et figuré, d’ailleurs. Car un bol de sauce accompagne chaque plat, chaque coup de fourchette se voyant dans l’obligation d’atterrir dedans. Je m’attends donc à une cuisine pas très soignée. Car en recouvrant tout de sauce, il devient certes plus facile de dissimuler les défauts…

Lire la suite

Le 5ème Cru

Bar à vins

Bien placées bien choisies, quelques bouchées font une poésie. Les mets, il suffit qu’on les aime, pour écrire un poème…Ici se bousculent sur la carte ardoise de fromages, terrine de canard, ardoise de charcuterie, rillettes de tourteau, maquereau, terrine de lapin, ventrèche de thon, rillettes de saint-jacques … L’esprit bar à vins soufflé sur nos têtes à l’entrée, comme le courant d’air chaud ravissant nos visages et doigts gelés au moment de pousser la porte, est respecté 100 %. Pas de plats faussement bien faits, pas de carte à rallonge. Le vin se révèle l’ingrédient principal, les plats sont relégués au rang d’accompagnement. Mais attention, d’accompagnement fort réussi. Car, on attend d’être ravis, pour que naisse la poésie.

Lire la suite

Mexi And Co

Restaurant Mexicain

Il faut bien dire ce qui est, les restaurants mexicains décrochent rarement un prix d’excellence. Les nachos noyés sous du fromage fondu ou les burritos de 3 kilos tiennent plus du « fast-greasy-heavy food » qu’on regrette d’avoir goûté à peine après avoir dégluti les premières bouchées. Mexi And Co… ne fait pas exception. Mais au moins, on déguste nos chips et notre sauce guacamole dans un décor plutôt chouette. Adios les chaises et tabourets en plastiques glissants recouverts d’un monticule d’empreintes huileuses, ici on sort les tabourets colorful et les guirlandes de piment.

Lire la suite

La Gazzetta

Restaurant Paris

Encensé par le guide du Fooding, Petter Nilsson, chef scandinave du lieu, n’a pas vraiment remué de sentiments chez moi si ce n’est celui de lassitude et de déconvenue. Mes connexions nerveuses ne se sont pas embrasées à la dégustation de chaque étape du menu. Après un court moment d’excitation à la vue de chaque plat, ça dégringole à la première bouchée. A la dernière, on se dit que le plat suivant sera plus inspiré. J’espère, j’attends, j’y crois un court instant, et puis je finis par hausser les sourcils de désappointement. Elles sont joliment présentées, les compositions de Petter Nilsson. Sauf qu’une fois la fourchette mise en bouche, on se dit que c’est charmant à regarder, mais ça s’arrête là. C’est lassant. D’autant plus que de l’entrée au dessert, le menu emprunte une pente dangereusement glissante, pour terminer en bas des pistes, avec des remontées mécaniques clairement en panne.

Lire la suite

En attendant l’Or

Brunch Paris

L’intitulé du restaurant n’est pas trop mal choisi. Il faut dire qu’ici, on a un peu l’impression de tout attendre. On attend trois heures l’assiette salée initiale bourrative à souhait. On attend encore plus longtemps que le serveur nous débarrasse de nous assiettes dégoulinantes de graisse. Et surtout, surtout, on attend désespérément de tomber sur un plat ou un dessert de qualité. Sans succès. Mais allez savoir pourquoi, la foule se presse aux portes de ce restaurant. Car du monde, il y en a. Autant vous le dire tout de suite : c’est plein à craquer.

Lire la suite

Le Tournebièvre

Restaurant paris

D’ordinaire, La Fourchette et moi, on n’a pas vraiment d’affinités. Mais je dois avouer que ce site nous a permis de passer une bonne soirée, au détour d’un « et si on allait au resto ? ». On sort notre iphone, on ouvre l’application, que d’ordinaire je n’utilise jamais. Cette fourchette verte, je ne sais même plus dans quel dossier oublié de mon iphone je l’ai reléguée, tant elle ne m’inspire pas confiance. Ses bons plans à la noix ont l’art de m’agacer, n’en déplaise aux défenseurs de l’ustensile olivâtre. Car les bons restaurants, on se demande où ils les ont cachés. Il y en a, certes, mais alors les bons plans pour ces bonnes adresses, bien sûr il n’y en a pas. La Fourchette m’agace, vous l’aurez compris, mais je lui donne pourtant une nouvelle chance de regagner sa place aux côtés du Fooding, application phare de mon téléphone, concurrençant le vidal mobile quant au nombre de clics.

Lire la suite

Rino

Restaurant Paris

Embarquement pour Roma. Destination finale : la table d’un cuistot travaillant une cuisine française revisitée à l’italienne. Car chez Rino, le chef est romain. Sans renier ses origines, il choisit de les saupoudrer sur des plats à la charpente française, plutôt que d’en faire les stars du menu. A la pasta vous ne vous frotterez donc pas. Pas plus qu’aux antipasti. Vous trouverez par contre en lieu et place de la composition habituelle entrée-plat-fromage-dessert, une succession d’entrée, poisson, viande et dessert. Si vous choisissez le menu « 4 plats ». Car Rino décline son dîner en deux sonates : l’une en « quatre plats mineur » et l’autre en « six plats Majeur ». La première à 41 euros, la seconde à 56 euros.

Lire la suite

Marcovaldo

Brunch Paris

Un endroit insolite. Rempli de bouquins. Composé de tables et chaises joliment dépareillées. Avec des photos un peu usées pas parfaitement accrochées aux murs. On n’a même pas envie de leur donner un petit coup d’index pour les remettre droites. Elles sont de guingois et c’est très bien comme ça. Chez Marcovaldo, le concept de « libreria caffè » ne s’arrête pas à des bouquins empilés le long des tables. On peut déjeuner, goûter, bruncher le week-end, assister à des concerts à consonance italienne, prendre des cours de cuisine avec la « mamma  » italienne, la vraie, ou même prendre un « Aperital », entendez « atelier d’italien autour d’un apéritif ».

Lire la suite

Les Papilles

Restaurant Paris

En route pour émoustiller nos papilles ! A deux pas du jardin du Luxembourg, un bistrot à l’intitulé bien engageant s’est forgé une réputation. Ici, on dîne à la bonne franquette, mais pas n’importe comment. De bons petits plats à l’accent françois. Point de touristes à outrance. Et s’il y en a, ils sont bien renseignés ! Les bus de pique-assiettes sont étrangers à cette destination, bastion du quartier de la rue Saint-Jacques pas encore transformé en open-frites.

Lire la suite

Le Cotte-Rôti

Restaurant Paris

Le 1 rue de Cotte a la cote auprès des gourmets. Pas étonnant, étant donné le florilège de « hummmm » ayant ponctué tout notre repas ! Car de l’entrée au dessert, chaque plat égale le précédent en terme de justesse, finesse, et ravissement.

Lire la suite

Métropolitain

Restaurant Top Chef

Saint-Paul, tous les voyageurs sont invités à monter à bord du Métropolitain. Un déjeuner en trois temps concocté par votre chef de bord vous sera proposé au cours du voyage. Prenez le temps de savourer votre trajet : entrée, plat et dessert du jour vous seront servis, frais et composés de produits de saison.

Fermeture des portes. Départ du train. Nous voilà plongés à bord du mythique métropolitain, revisité par quatre chefs bien inspirés. Banquettes de bois, murs tapissés de faïence blanche, jolies affiches surannées : une rame de métro bien engageante s’offre à vous, au coeur d’une paisible rue du 4ème arrondissement. Ici, point de vacarme. Point de cohue des passagers. Le cliquetis des fourchettes remplace le tap-tap des talons et le crissement des strapontins baissés à la hâte. Le pilote prend soin de vous et vous gâte d’un repas bien pensé, généreux, frais et savoureux. Prix du ticket de métro: 22 euros. Foncez !

Lire la suite

Semilla…

Restaurant Paris

Chez Semilla, une graine a germé. Celle de la déconvenue. Et quelle amère déconvenue. La douche fut d’autant plus froide que mes attentes étaient pour le moins élevées. Mais l’ensemble ne tient pas la route. Chaque note sonne légèrement faux. Qu’il s’agisse du service, de la carte, du contenu de nos assiettes, du speech affecté du propriétaire….chaque pas se prête à une déception supplémentaire. Des prix rondelets pour une cuisine d’une cinglante simplicité, aux accords pas toujours très heureux, voilà ce que j’en pense.

Lire la suite

Pierre Sang in Oberkampf

Restaurant Top Chef

Cuisine décoiffante, avez-vous dit ? Oui, oui, et encore oui ! Au sein d’une bouillonnante rue du 11ème arrondissement, Pierre Sang nous dévoile une cuisine d’auteur au concept renversant : un menu imposé composé de six plats, accordés chacun à un verre de vin ( si vous vous sentez d’attaque). Le nombre de verre de vin est modulable : vous choisissez le nombre qui vous plaît, quand il vous plaît, « comme à la maison »  dixit notre souriant serveur, tablier noué et torchon jeté sur l’épaule. « Cuisine du marché » oblige, tous les ingrédients proviennent exclusivement des commerçants du quartier.

Lire la suite

Oenosteria

Restaurant italien

A la recherche d’une bonne table italienne à Paris ? Courez chez Oenosteria, dans le 6ème arrondissement. Je dis bien courez, car parvenir à arriver au moment où une table se libère relève quasiment de l’exploit, tant le succès de ce lieu ne décroît pas. En même temps, il est difficile de résister. Imaginez-vous : une salle cosy, ni trop grande ni trop exigue, aux lumières tamisées, avec un chapelet de jambons secs et de saucissons plus dodus les uns que les autres habillant l’arrière du bar,  des tables en bois massif, et surtout des serveurs italiens pour vous accueillir, des vrais de vrais, avec l’accent tout ça tout ça. Ca ne donne pas envie de faire demi-tour, croyez-moi !

Lire la suite

Le Terroir Parisien

Restaurant Yannick Alleno

Place au second numéro de ma série « je-teste-enfin-les-bistrots-de-grands-chefs ». Rendez-vous donc chez Yannick Alléno, au Terroir Parisien, dans le 5ème arrondissement. Le restaurant est situé au sein de la Maison de la Mutualité, à tel point que perdus dans nos souvenirs du soir du second tour de l’élection présidentielle de 2012 (remués par notre passage devant l’entrée principale ), nous avons loupé comme il se doit l’entrée de ce bistrot, et avons poursuivi notre chemin tout en nous étonnant de ne pas entrevoir une seule devanture éclairée devant nous. On lève la tête, on regarde les numéros….mais oui, nous l’avons bel et bien dépassé ! Nous revenons donc sur nos pas, pour découvrir notre gargote tant attendue, qui se situe bien rue Saint-Victor, dans la Maison de la Mutualité.

Lire la suite

Les Bouquinistes

Restaurant Guy Savoy

Dans le tourbillon de mes études plus que prenantes et depuis maintenant un peu plus de quatre ans que j’habite à Paris, je n’avais pas encore testé de bistrots de grands chefs.C’est maintenant chose faite : j’ai posé mon premier choix sur un restaurant de Guy Savoy, Les Bouquinistes, situé quai des Grands Augustins.

A première vue et le moins qu’on puisse dire c’est que même à l’heure du déjeuner ça ne respire pas la jeunesse (parmi les clients). Après un accueil protocolaire mais pas désagréable (comme on s’y attend dans ce type de restaurant), mon ami et moi sommes installés en plein milieu d’une foule de septuagénaires  très concentrés sur le contenu de leur assiette. A peine assis, le serveur nous propose une autre table, dans un coin un peu plus animé du restaurant, face au bar et  juste contre la fenêtre donnant sur les quais. Il a saisi nos yeux arrondis et notre échange de haussement de sourcils, à coup sûr.

Lire la suite