Le Ruisseau

Burger Paris

Oumpfr, scroutmpf, scroutmpf. On boulotte goulûment un tasty-cheesy burger qu’on dévore à une vitesse formule 1. On enchaîne les tours de piste, sans écraser les freins et sans foncer une seule fois dans le mur. On fait crisser nos incisives sur la piste moelleuse et goûteuse de notre burger. On ralentit juste pour afficher un grand sourire orné de morceaux de salade et de cheddar fondu.

Car il faut bien reconnaître que si le burger high level s’est supposément démocratisé, ce ne sont le plus souvent que des burgers pseudo-révolutionnaires qui n’ont de gourmet que le nom. Car oui, un burger, c’est souvent décevant, et selon moi, depuis BLEND, peu de bonnes surprises ont pointé le bout de leur nez, ou plutôt le bout de leur bun. Je précise qu’en évoquant BLEND je fais référence à leur burger et non pas à leurs frites, que je trouve un poil ratées parce que trop sèches, et surtout sans ce fatal mais indispensable goût de reviens-y qu’on aime tant retrouver dans les gourmandises crousti-grassouillettes.

Pour en revenir au burger, il a bien remporté le trophée de l’incontournable de la soirée. Nous avons opté pour deux minis burgers chacune, et mmmmh nous n’avons pas regretté. Du pain tout frais tout moelleux, pas trop de sauce mais suffisamment pour ne pas mâcher frénétiquement sa bouchée pendant dix minutes avant de pouvoir l’avaler, du fromage dont la présence au moins se fait remarquer au sein du burger, et de la salade en plus des frites. A côté du burger je veux dire. Un bon petit amas de salade verte bien croustillante, qui allège tellement (dans la tête j’entends) le concept du burger et du jackpot de calories associées. C’est bien la première fois que dans un resto d’orientation bobo on trouve une bonne salade verte classique et sans prétention avec le burger en plus des frites. C’est peut-être un peu à l’ancienne, c’est peut être rien du tout, mais ça propulse l’assiette dans la catégorie des restos bien pensés.

Seul hic pour le dîner, la longueur de la table qui, si la terrasse était bruyante, nécessiterait presque un haut-parleur pour pouvoir communiquer avec la personne en face de vous. En fait on dirait presque une frite, tant elle est longue et étroite. Une frite allumette. Mais c’est bien vite pardonné par nos papilles embrasées par les frites et les vraies. Ces dernières sont très bien, faites maison, croustillantes, pas sèches, et teintées du redoutable refrain « allez-j’en-prends-une-dernière-qui-en-fait-est-loin-d’être-la-dernière ».

C’est chouette (en dehors de la table-frite un peu déconcertante), et on oublie bien vite le tutoiement du serveur qui, pardon mais, frôle la big-fernandisation. Pour les non-initiés je fais référence à la chaine de burgers Big Fernand qui dégouline de fausse sympathie et de tutoiement pseudo-enjoué inauthentique et irritant à souhait. Qui avait d’ailleurs déclenché lors de mes deux visites (oui il fallait que je m’assure de leur potentiel agaçant) un sourire doublé d’une rafale de commentaires intra-psychiques révoltés centrés sur le fait que non, on ne se connaît pas, alors que si ils tiennent à me tutoyer qu’ils le fassent au moins de façon discrète et pas infantilisante merci.

Ici le serveur nous tutoie mais on lui pardonne bien vite, parce lui au moins le fait de façon pondérée et sans être envahissant. Alors puisque c’est bien la seule fausse note de la soirée, on se décide à l’oublier et à passer l’éponge. Après avoir bien épongé notre assiette dont on n’a pas laissé une seule miette !!

Le Ruisseau, 65 Rue du Ruisseau, 75018 Paris

L’addition : burger de 13 à 15 euros (servi avec frites et salade) 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s