27 Gambetta

C’est l’heure de remplir nos estomacs. Et pas n’importe où. Mon radar à saveurs, étalonné par mon guide culinaire de pointe, nous emmène au 27 Gambetta, pour un joli déjeuner. Raffiné et distingué. Construit, et qui tient debout. Chic, mais pas collet monté pour autant. Car ici, on n’empile pas les cageots de chichis. On reste spontanés, sans être désinvoltes, et souriants sans en rajouter des tonnes. Pas de paquets de minauderies ni de bouteilles de simagrées en réserve, on discute en toute simplicité et c’est tout à fait charmant. Sans familiarité excessive, on s’entend. Monsieur le patron veille, maestro de cet orchestre bien accordé, et saupoudre notre défilé d’assiettes de phrases rigolotes qui nous font sourire pour de vrai. C’est bon genre, d’un bout à l’autre.

27 gambetta

On est dorlotés, à coup de crumble de parmentier de canard et de cabillaud aux betteraves. On devient parmentophiles, à peine notre première cuillère bombée engloutie. C’est léger, mais avec un goût bien ancré. L’émulsion de pommes de terre s’envole à toute vitesse sous les assauts de nos couverts ravis, et le crumble aux noix nous chatouille de surprise. Nos papilles bouillonnent d’aise. On nous sert des marmites de satisfaction et des piles de saveurs qui dégringolent joyeusement sur nos terminaisons gustatives. On hoche la tête en souriant à chaque bouchée. On confirme à chaque coup de fourchette que, oui, décidément, c’est très réussi. Pour faire simple, c’est le pied.

27 gambetta

Le poisson est cuit juste comme il faut. Aucune réserve pour le confit de betterave, qui revisite bien ce légume un peu austère. C’est dire si c’est réussi, car pour ma part, la betterave nécessite un sacré tour de passe-passe pour que j’envisage même de l’affectionner. Notre chef décroche pour le coup la toque de prestidigitateur. Y compris pour le dessert, qui suit le rythme allegro du niveau de maîtrise, avec une tarte aux pommes revisitée de façon pas tarte du tout. Qu’on boulotte allegretto.

27 gambetta

Ça m’a plu, donc. Une chouette et agréable découverte. D’un endroit sympa, d’un chef rigoureux dans l’assiette, qui empile les idées sans que tout s’écroule, qui compose avec goût et précision, et qui en plus, vous sert ça pour un prix plutôt riquiqui. J’ai beau creuser, des failles, j’ai du mal à en trouver. Alors je range ma pelle. Et j’oublie mon râteau, qui pour une fois ne ratisse aucun défaut !

27 gambetta

Le 27 Gambetta, 27 rue Gambetta, 54000 Nancy

L’addition : menu entrée-plat-dessert 21 euro, menu déjeuner entrée-plat ou plat-dessert = 17,50 euros 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Cyril Haoudi dit :

    Le commentaire précédent me laisse pantois. Ce restaurant est excellent !! J’ai adoré !!!

  2. Rachid Saï dit :

    La cuisine réserve quelques mauvaises surprises: servi froid et peu gouteux pour le plat de résistance.

    Il est inconcevable, lors d’un dîner amoureux, de voir des querelles de personnel type chef du personnel-subordonnés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s