Mary Celeste

Bar à cocktails

On tend un orteil pour grimper à bord, mais on est un peu frileux à l’idée de lever les voiles. On ne sait jamais. Si on disparaissait en pleine mer, ce serait à notre tour d’alimenter les légendes des décennies à venir. De rivaliser avec le fantôme du capitaine Briggs et de toute sa troupe. Autant dire tout de suite qu’on préfèrerait éviter de s’évaporer sous forme d’énigme maritime et rester peinard à quai. Alors on embarque, d’accord, mais pour un voyage sans trop de remous. Sur un clipper sagement amarré.

_DSC3429

On patauge un peu pour choisir nos cocktails. Je prospecte activement la jolie carte des boissons à la recherche d’épices et de piment, mes deux acolytes préférés du verre à pied. Car du sucre, j’en boulotte des caravanes, comme tout le monde, mais jamais en cocktail. A leur vue, mon palais enfile promptement le costume d’un bodyguard VIP. Il suffit d’une goutte fructosée et monsieur joue du biscotto. Et bim, dans la paille.

mary celeste

Nul besoin de sortir les haltères ce soir. Pas de cargaison d’épices ni de convois de piments, mais des saveurs équilibrées, un zeste relevées, secouant à chaque gorgée une roulotte de réflexions. Pas de tafia ce soir, donc, notre bosco fait du bon boulot.

mary celeste

mary celeste

Abandonner le navire ? Mais quelle idée. Pas question de monter sur une chaloupe et de prendre la fuite. Les vapeurs d’alcool, on en fait fi. On est si douillettement installés, à bord de ce charmant voilier tout de bois vêtu, qu’on laisse nos dernières appréhensions à quai. On empanne, on vire, on élève les voiles. Oh hisse. On s’élance entre les assiettes de tartare de boeuf à la cannelle et d’oeufs au gingembre, et on prend de plein fouet une vague de saveurs solidement construites. Taille tapas, pas donné, mais très correctement stylisé.

mary celeste

On laisse donc nos à priori au fond de la cale. Et on avoue que tout le ramdam autour du Mary Celeste ne sort pas de nulle part. On en raffole, voilà, c’est dit. Alors comme tout le monde (ou presque), on adopte l’adresse. Qui a le vent en poupe !

mary celeste

Mary Celeste, 1 rue Commines, 75003 Paris

L’addition : 4 cocktails + 2 tapas = 70 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s