Holybelly

Café

All I want is a room somewhere…*
Une fourrure de nuages aussi épaisse qu’un glaçage de carrot cake. Des piqûres glacées sur les joues, comme celles d’une barbe trop naissante. Des flaques luisantes à chaque coin de rue. Un parapluie tremblotant sous les bourrasques. Des éclats d’eau marron sur le pantalon. Des mains frôlant le drapeau tricolore : prêtes à enfiler leur costume de merguez au moindre courant d’air chaud, mais pour l’heure d’un blanc cadavérique lardé de bleu. Et après vingt-quatre heures de travail, on a beau enfiler nos moufles, on oublie d’arrêter de grelotter. Toutes nos connexions neuronales ont sommeil, il s’agit de les secouer. Alors un café fumant je vous prie. Et que ça filtre !

the wanderer

Far away from the cold night air…*
Il faut dire que j »y ai pensé et repensé. Ressassé l’idée, même, sous des couvertures râpeuses, entre deux réveils inconfortables au timbre métallique d’une sonnerie claironnante. Et enfin, Holybelly approche. Mon thermostat se rehausse d’avance, mon estomac se crispe de joie. Mes narines frémissent, mes pupilles se transforment en pancakes. Je secoue ma réserve de neurotransmetteurs fonctionnels pour pousser la porte. Allez, du nerf, l’oreiller attendra.

the wanderer

With one enormous chair…*
Tasses jaunes flashy pour ne pas s’endormir complètement devant les volutes de café. Au cas ou les paupières fléchissent. C’est vrai qu’après deux bouchées de ginger cupcake et trois gorgées de café brûlant, on est prêt à s’enfouir sous une couette, histoire de faire durer le confort. Surtout avec un duvet aussi doux et aromatique.

the wanderer

Oh, wouldn’t it be loverly?*
Mon tout petit cupcake moelleusement parfumé se laisse dévorer sans rechigner. Un peu riquiqui pour le prix, il faut quand même le souligner, mais pas ratatiné de saveurs pour autant. Rien à dire, c’est charmant. Me voilà délicieusement réchauffée, warm face, warm hands, warm feet*. Dur de décoller de la banquette après, surtout pour rouvrir mon parapluie tout gondolant d’humidité. Ça me plaît, j’adhère à l’endroit. Dans tous les sens du terme !

the wanderer

Holybelly, 19 rue Lucien Sampaix, 75010 Paris

L’addition : café filtre = 3 euros, cupcake = 4

* extraits de « My Fair Lady »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s