A Table

Restaurant Aix en Provence

What’s for tea, Mum*?
Rien à dire, le nom est bien choisi. Plutôt représentatif de l’atmosphère régnant dans ce petit restaurant surréaliste. Qui nous donne l’impression d’avaler tout rond une publicité des années 60. Et gloups, ça ne passe pas très bien. C’est pour de vrai ?

photo 5-1

What’s for tea, Darling*?
Le tableau est complet. La femme aux fourneaux, la petite fille en train de colorier pendant que maman cuisine. Seule différence, le mari est (en partie) au service. Et ça n’a pas l’air de lui plaire. Fuyant à souhait, il articule mécaniquement des phrases comme apprises par cœur et s’empresse de fuir sans même attendre la réponse. Je le rattrape de justesse. Mais à peine ma phrase entamée, monsieur tourne les talons le regard baissé. Je suis même obligée d’élever la voix pour qu’il m’entende.  « Je vais prendre l’omelette avEC LES CAROTTES ET LES LEGUMES « . C’est un peu ce que ça donne version sonore. Quand on est antisocial, on évite d’ouvrir un restaurant, non ?

photo 1-2

Darling, I said what’s for tea*?
Madame fouette activement les oeufs, sans un regard pour les nouveaux clients. Le décor, ils l’ont brillamment concocté. Un peu trop même. Charmant, je dois dire, si il ne nous donnait pas l’impression d’atterrir dans une salle à manger d’il y a 50 ans, avec le lot de sentiments mitigés qui vont avec. Madame a l’air au bout du rouleau et refoule son exaspération en mélangeant son omelette plus vigoureusement que nécessaire. On sent qu’elle fulmine derrière ses casseroles. Pas un sourire entre ces époux, la représentation du déjeuner est froidement exécutée. Mais il faut bien maintenir les apparences, n’est-ce pas. On est dans une publicité Moulinex, ne l’oublions pas.

photo 3-1

So the harder a wife works, the cuter she looks** !
Dans l’assiette, rien de plus qu’une simple omelette agrémentée de trois tranches d’aubergine grillée. Une part de gâteau à l’orange plutôt agréable en bouche, mais déconcertant de banalité. Un déjeuner vite fait en somme, par une ménagère pressée. Il est vrai que lorsqu’on est au bord du gouffre, même casser trois oeufs ça devient éprouvant.

photo 5

photo 2-2

Alors comme ça, les robots Kenwood et les super cocottes Seb, ça ne suffit pas à rendre heureux ? Oups, on croyait pourtant, en entrant. Et puis d’ailleurs, c’est osé pour une femme de se lancer dans un tel business. Ouvrir un restaurant ? Vraiment ? You mean even a woman can open it ?

Capture d’écran 2013-10-06 à 17.29.52

A table, 7 Rue des Bouteilles, 13100 Aix-en-Provence

L’addition : un plat + un dessert + un thé = 20 euros

* Extraits de la chanson Heinz Baked Beans de The Who
** Extrait d’une publicité pour les vitamines PEP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s