Lobster Bar

Restaurant Paris

 » Will you, won’t you, will you join the dance ? « *  Nous , on s’y joint sans hésitations. On embarque pour un tour, rouleaux et écume en vue. Roulements de tambours pour le homard encore posté sous son rocher, prêt à jouer des pinces et à allumer le moteur de ses dix petits pieds. « With the lobsters, out to the sea ! « *

photo 1

On découvre le phénomène au détour d’un article. On hésite un peu, on hausse les épaules, on esquisse un sourire mi-figue mi-raisin, et puis, zut, on y va. Sandwich d’accord, mais pas n’importe lequel. Le gratin des casse-croûte. L’aristocratie en personne, à n’en pas douter. Et si l’occasion ne fait pas l’espadon, le hasard fait bien le homard. On met donc le cap sur le Lobster Bar, toutes vapeurs dehors.

photo 2

On se glisse dans l’antre du prince. Pas de cris de bête ébouillantée, mais une douce atmosphère marine, joliment reconstituée. Tables en laiton, bancs en bois vernis. On cherche presque à entendre le clapotis des vagues. Quelques anchois frais en guise d’entrée, dans le vif du sujet. Ici, on est marin ou on ne l’est pas. Jusqu’au t-shirt du serveur, avec ses rayures bleues ambiance bord de mer en plein été.

photo 5

Notre digne sandwich arrive enfin. Pas de farce à la Salvador Dali, c’est du homard et du vrai. Lui qui s’étonnait de ne pas recevoir de téléphone bien cuit lorsqu’on lui servait du homard **, il s’en étonnerait toujours. Nous, on préfère notre décapode tout rose. Qui a piqué, comme il se doit, un fard pendant la cuisson. Même pas un coup de pinces au moment de mordre dans notre animal. On déguste notre Sandwich (avec un grand S), chic à souhait.

photo 4-1

Sa majesté le homard s’en prend tout de même un coup d’humilité en pleines pinces. coincé dans un petit pain au lait (Pasquier, si, si). Il conserve une cour plutôt select, avec de chouettes frites maison au bon goût d’huile d’olive. Et quelques feuilles de sucrine pour retrouver un peu d’air frais.

Capture d’écran 2013-05-23 à 20.37.44

On apprécie de la première à la dernière bouchée notre animal marin. Qui plus est outre-atlantisé. On lui collerait presque un drapeau américain entre les pinces, tant le concept débarque straight from the United States. On parie sur l’aller simple du concept-sandwich. En ce qui nous concerne, on ne le laissera pas repartir. On a du homard plein la tête. Et puisqu’on adore, on le sacre même roi des casse-graine. En bref, le homard aux pinces d’or !

Lobster Bar, 41 Rue Coquillière, 75001 Paris

L’addition: lobster roll = 26 euros

* extrait de la chanson de Franz Ferdinand The Lobster Quadrille
** En référence à son « téléphone-homard »

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. peiff dit :

    Spendide!

    Envoyé depuis un mobile Samsung

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s