La Conserverie

Bar à cocktails

On imagine déjà les soupes Campbell’s en toile de fond. Du Warhol à gogo, et même plus. Du  » Beanz Meanz Heinz « * placardé en masse, pour des Heinz baked beans élevés au rang de vedette. Des Heinz Tomato Soups en guise de photophores. Des « If you like good cocktails it’s worth insisting on »** sur l’addition. On fantasme un peu (trop). On ouvre la boîte ?

photo 1-2

La porte s’ouvre en grinçant tel un décapsuleur un peu rouillé. Un large rideau nous cache l’intérieur. Un dernier tour de poignet et le couvercle saute. On y est ! Pas de bain de beans à l’entrée, pas de boîtes de soupes empilées derrière le comptoir. « The real work of art is the can », on peut tirer un trait dessus. Sans regret quasiment, puisque le résultat est quand même chouette.

photo 1

Sans compter les paroles distillées à l’entrée par le garde-porte en chef, qui nous donne l’impression de devoir franchir une montagne avant de pouvoir accéder à l’or en cocktail. On s’arme de nos cordes et harpons, et on entame l’ascension. L’endroit est presque plein, il est vrai. Mais pas de gouttes de sueurs perlant sur nos fronts pour autant, puisqu’une petite table nous attend. Ouf, on peut ranger notre matériel.

photo 2-1

On découvre une ambiance joliment hétéroclite. Douillettement conçue. Comme si on allait prendre un bain moussant à la lueur de quelques bougies. Piles de bouquins et tableaux de guingois habillent des murs aux couleurs sombres, ravivés par quelques bêtes empaillées louchant dangereusement sur les cocktails.

photo 5-2

Qui nous enchantent, du reste. On est déja ravis à la lecture de la carte, qui détaille pour chaque cocktail le résultat en bouche : « léger / frais /acidulé « , « fumé / frais / épicé » ou « corsé / amer », pour ne citer que ceux-là . Une super idée, qui nous tire de l’embarras. Il faut bien dire que lorsqu’on choisit un cocktail sortant de l’ordinaire, on y va à l’aveugle. Sans avoir la moindre idée du bouquet de saveurs final. Là, on est enchantés.

photo 4-1

Le verdict est sans appel. Mon cocktail est non seulement ingénieux, mais brillant(issime). Une charmante explosion de fraîcheur. Léger et acidulé, comme promis. Avec pour une fois le sentiment de distinguer le goût de chaque ingrédient. Gin, concombre, citron et soda à la rose. Juste amazing.  On apprécie vraiment, jusqu’à la dernière goutte. Le lieu intègre sans chichis la colonne  » the place to be » de notre carnet d’adresses. On ne le garde pas seulement en tête, on le met en conserve. C’est bien le but, non ?

La Conserverie, 37 Rue du Sentier, 75002 Paris

L’addition : cocktails de 11 à 13 euros

* publicité des années 60 :

Capture d’écran 2013-06-22 à 21.20.55

** inspiré d’une publicité des années 20 :

Capture d’écran 2013-06-22 à 21.35.16

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s