Prescription Cocktail Club

Bar à cocktails

Ce soir, on prescrit autre chose que des antibiotiques. Pas de comprimés, pas de gélules, pas d’injections sous-cutanées, pas de perfusions intra-veineuses. Du répit. De quoi panser nos pharynx chatouilleux, encore à la proie de virus hivernaux. De quoi détendre nos fibres musculaires après une longue journée. En bref, un cocktail au Prescription. Petit aperçu de leur guide thérapeutique ?

photo 1-2

Forme et présentation. Un, deux, trois cocktails. Facile de craquer et de les enchaîner, rien que pour le plaisir de les dévorer du regard, avant de les consommer à petites gorgées. Accompagnés d’un verre d’eau glacée version « summer garden ». Avec une rondelle de concombre fraîche, qui nous fait adorer un verre d’eau du robinet. Tout bête, mais il fallait y penser. Composition. On a envie de tous les essayer. Céleri, gingembre, rhubarbe fraîche, clous de girofle, pêches et menthe fraîches… tout le potager y passe. Adoucis par du sirop d’érable, du sirop de miel ou d’agave. Infusés au thé au jasmin, pour ces dames.

photo 1-1

Posologie et mode d’administration. A volonté ? On aimerait ! On les sirote tout doucement, savourant un peu plus chaque gorgée. De la première à la dernière goutte. On n’individualise pas forcément tous les jolis ingrédients les composant, mais on reste conquis par le patchwork. Contre-indications. On a beau chercher, on n’en trouve pas vraiment. Et même s’il y en a, pour une fois, on les oublie ! Mises en garde et précautions d’emploi. L’addition est un peu musclée. En même temps, ici, on réfute les génériques. Un cocktail classique, ça n’existe même pas. Et qui en voudrait, d’ailleurs ? Confronter un modeste mojito à cette assemblée de cocktails ébouriffants, c’est loin d’être fair-play. Le match est joué (et perdu) d’avance.

photo 3

On profite encore un peu de l’atmosphère feutrée, et on offre une dernière gorgée à nos gosiers sur les starting-blocks. Si on les écoutait, on boulotterait la carte en entier. On refroidit leurs ardeurs et on repose nos verres désormais vides, un peu à contrecœur. C’est presque un poil douloureux. Comme une petite blessure qui picote. Ça vaudrait bien une dernière prescription (de boisson). Ou de quelques points de suture, histoire de ne pas laisser la plaie ouverte trop longtemps !

Prescription Cocktail Club, 23 Rue Mazarine, 75006 Paris

L’addition : cocktail à partir de 12 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s