Pirouette

Restaurant Paris

Si vous voulez y monter, laissez-moi vous dire que vous ne vous casserez pas le bout du nez (pirouette, cacahouète). Ce n’est pas une drôle de maison, et les escaliers ne sont pas en papier. Tout est solide et bien solide. Un maçonnage fort bien réalisé. Pas un légume de travers. Pas une miette de crumble en trop venant déséquilibrer tout l’édifice. Une architecture culinaire bien pensée, jolie à regarder, et surtout chouette à savourer. Ça donne comme une envie de faire une pirouette, tout ça !

photo 1-1

Et justement. Première pirouette du chef : un velouté de châtaignes twiste avec un œuf mollet et des pignons de pin grillés. C’est tastyssime. On admire le déhanché suave de l’oeuf mollet une fois la cuillère plantée dedans, les pignons de pin dégringolent en rythme et leurs « clap, clap » battent la mesure, le velouté s’emploie à former un choeur de « ouh, ouh » onctueux et … we’re gonna do the twist and it goes like this* ! Nul besoin d’entamer le « baby make me know you love me so « , on fond dès la première mesure (ou bouchée).

photo 3-1

On fait le plein de sensations et come on let’s twist again*. Avec de l’onglet de boeuf et ses petites pommes de terre persillées. Une viande parfaitement cuite, des pommes de terre moelleuses discrètement nappées de sauce. Une sauce d’ailleurs très réussie et surtout très bien dosée : pas de noyade à l’horizon mais un petit ruisseau cheminant entre les cailloux de pommes de terre et les algues de salade. Et une fois l’assiette terminée, on en veut encore.

photo 5-1

Et pour finir ? And round and round and up and down we go again* ! Le riz au lait façon grand-mère est juste délicieux. Pas de magma pâteux impossible à déglutir. Léger, nappé de caramel au beurre salé et saupoudré de crumble. Ça fond, ça croque en bouche, ça tapisse le palais, ça ravit nos papilles.

photo 1

Dans un autre registre, la crème aux fruits de la passion, tuile et poudre explosive, est aussi très réussie. Aérienne et parfumée, truffée de cette poudre qu’on achetait quand on était enfant dans la boulangerie du coin. Dont la mission est de dénicher fusées et pétards dans notre muqueuse buccale. Ça aurait pu tourner au cauchemar, mais le feu d’artifice est réussi. Et nous fait twister encore une fois.

photo 2

On est ravis. On sort retrouver le dédale du quartier des Halles, avec trois mots à la bouche : on revient quand ?  Car le chef aura émoustillé nos sens du début à la fin. Fortiche. Pas de doute, twistin’ time is here* ! 

* Extraits de « Let’s twist again » de Chubby Checker

Pirouette, 5 Rue Mondétour, 75001 Paris

L’addition : entrée + plat + dessert + 1 verre de vin + 1 café = 40 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s