H Kitchen

Chef Japonnais

H.K, comme H Kitchen. Ou comme Hidenori Kitaguchi, le chef nippon du lieu. Ou comme Harsh Killer. Car ici, ils achèvent le client. De satisfaction. Et comme il faut. Pas de quartier. Les plats nous font tomber les uns après les autres. Sans aucune imprécision. Jusqu’à ce qu’on n’ait plus qu’un seul mot en tête : encore ! Ils nous font trembler d’impatience, frissonner de surprise, et rôtir de satisfaction. Et c’est Hyper Kool.

photo 1-2

A killing machine. Mais attention, pas de Psycho Killer ici, ni de qu’est ce que c’est, ni de better run run run run run away.  Bien au contraire. Toute l’assiette est parfaitement pensée. Rien n’est disposé au hasard. On sent la rigueur et la précision nippone chapeauter le tout. Pas grand chose n’est laissé au hasard. Ce qui fait que dès le premier plat, on a toute confiance en notre chef du soir et on se laisse guider indolemment. On est sur les rails, et on ne risque pas de sauter du train en marche.

photo 2-3

Mais il faut l’avoir repérée cette étroite échoppe. Située dans une petite rue coincée entre la rue de Sèvres et le boulevard Montparnasse, elle ne paie pas de mine. C’est l’une de ces rues dans lesquelles on tombe sur quelque chose de chouette par hasard. Rue Mayet, l’occasion fait le lardon, si je puis dire.

photo 3-2

A peine arrivés, on jette notre dévolu sur le menu dégustation. On embarque pour 6 plats. Le premier, palette de légumes avec foie gras mi-cuit, nous met dans l’ambiance. Le maître cuistot manie la cuisine française avec son savoir-faire nippon. On reste dans le domaine frenchy, mais sans un faux-pli. Sans une rondelle de radis de travers. Avec des légumes oubliés revisités, style racines de pissenlits. C’est super réussi. On sent que le coin cuisine bouillonne d’idées.

photo 4-2

photo 2-4

La seiche revisitée version spaghettis puis la barbue aux agrumes nous plaisent tout autant. Le quasi de veau est fondant comme il faut. Un seul mot nous trotte dans la tête : huuum.

photo 3-4

Pour finir, après un fromage bien choisi, un parfait de chocolat blanc siégeant sur une mangue enrubannée de meringue donne le coup de grâce. En plus, le Bourgogne (de chez Maratray) ayant accompagné notre sérénade de plats décroche une place dans mon carnet de bouteilles à retenir.

photo 1-1

photo 3-3

Seul hic: la déco. Plus simple, c’est juste impossible. Après, ce n’est pas désagréable pour autant. On l’oublie complètement une fois la porte franchie. Mais ce qu’on retient parfaitement bien, c’est la cuisine. Et c’est ce qui compte. On meurt d’envie de revenir ASAP. Psycho Killer ? Toujours pas. Perfect Killer ? On s’en rappoche !

H Kitchen, 18 rue Mayet, 75006 Paris

L’addition : menu dégustation 6 plats à 45 euros + 1 verre de vin = 51 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s