Dip’s

Restaurant Paris

L’intitulé laisse songeur. Quoi, on va vraiment tout tremper dans une tripotée de sauces ? Ma première pensée à la vue de ce titre : « Dip’s, ou comment noyer le poisson ». Au sens propre et figuré, d’ailleurs. Car un bol de sauce accompagne chaque plat, chaque coup de fourchette se voyant dans l’obligation d’atterrir dedans. Je m’attends donc à une cuisine pas très soignée. Car en recouvrant tout de sauce, il devient certes plus facile de dissimuler les défauts…

IMG_5892

Avant même de critiquer la cuisine, le décor laisse pensif. Encore un décor froid et pas très inspiré, donnant l’impression d’avoir été conçu sur le tas, à la va-vite, et un peu au rabais. C’est quand même plus sympa d’avoir une ambiance un peu plus travaillée. Ceci dit, la cuisine peut se révéler plus réussie.. sauf que ça n’est pas vraiment le cas. En même temps, quand on voit l’allure des « cuisines », on a tout compris. Un seul cuistot enfermé dans un placard s’évertue à préparer les assiettes à temps. C’est tout juste s’il a quatre plaques chauffantes. Et encore, électriques. Au gaz, ce serait trop demandé. Voici donc le résultat :

IMG_5893

Escargots sauce au vin en entrée, filet de colin sauce au fenouil et boeuf brocolis sauce poivrée en plats. Ces derniers sont accompagnés de frites et de leur sauce « maison », dévoilant derrière une description pompeusement nulle de la serveuse une épaisse mayonnaise semblant sortir tout droit d’un pot Amora. Fait bizarre, les frites (natures) relèvent un peu le niveau des assiettes. Elles sont bien épaisses et bien croustillantes. Mieux vaut s’abstenir de les revêtir de l’épais et étouffant pull blanchâtre servi en accompagnement.

IMG_5898

Les assiettes sont assez insipides, on comprend alors pourquoi leur sauce est tristement nécessaire. Les prix sont certes relativement bas pour un dîner ( formule à 25 euros entrée-plat-dessert) mais alors le résultat est raté.
Le dessert assoit ce funeste échec culinaire. Les gaufres sauce caramel au beurre salé sont sûrement décongelées et n’ont pas plus de goût que le reste. Le flan reste un équivalent de flan industriel peu engageant.

IMG_5901

IMG_5900

Bon, avec cet intitulé, c’était un peu tenter le diable que de pousser la porte. Ce dernier nous a rôtis à la broche et consumés pour mon manque de discernement. Une fois suffit, la prochaine fois que ça sent ainsi le brûlé, je passe mon chemin !

Dip’s, 62 Rue Monsieur le Prince, 75006 Paris

L’addition : menu soir entrée-plat-dessert = 25 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s