En attendant l’Or

Brunch Paris

L’intitulé du restaurant n’est pas trop mal choisi. Il faut dire qu’ici, on a un peu l’impression de tout attendre. On attend trois heures l’assiette salée initiale bourrative à souhait. On attend encore plus longtemps que le serveur nous débarrasse de nous assiettes dégoulinantes de graisse. Et surtout, surtout, on attend désespérément de tomber sur un plat ou un dessert de qualité. Sans succès. Mais allez savoir pourquoi, la foule se presse aux portes de ce restaurant. Car du monde, il y en a. Autant vous le dire tout de suite : c’est plein à craquer.

IMG_5080

S’empiffrer à volonté de mets grossiers dégoulinant d’huile de palme, merci bien. Avoir un oursin dans son porte-monnaie, ça peut avoir du bon, mais pas jusqu’à noyer son sens critique au fin fond d’un marécage de mauvaise foi. Plutôt que de payer 25 euros pour un brunch de qualité, les clients choisissent ici de payer 21 euros pour un brunch pas bon, mais alors pas bon du tout. Mais brunch à volonté oblige, tout le monde a l’impression de faire une bonne affaire. Peu importe qu’on nous serve une insipide omelette couleur blanc cassé, accompagnée d’une cuisse de poulet graisseuse sortant tout droit de chez Liddl ou pire, l’indécrottable formule du repas à volonté fonctionne, et n’a pas fini de faire des adeptes. Le pire, c’est que les clients se bousculent au comptoir pour surcharger leurs assiettes de cette catastrophe culinaire.

IMG_5106

La danse des jeux de coude pour attraper le dernier morceau de pizza exclusivement composée de « fromage » rapé est interminable. Les doigts s’agitent frénétiquement pour s’armer de couverts et plonger dans les bols surdimensionnés de salade de riz ou salade de pâtes ( là, vous comprenez qu’on tombe bien bas). Les épaules se bousculent pour saisir les derniers beignets de calamars.

On a la sensation de se retrouver au restaurant universitaire, sauf qu’à la différence de la file d’attente secouée de soupirs irrités, on découvre ici une file d’attente avide d’engloutir un fiasco culinaire. Ça devient presque une épreuve de terminer son assiette. Il faut bien avouer que le resto U à volonté, c’est quand même un peu l’angoisse.

IMG_5107

Pire qu’un flop, c’est un véritable coup dur. C’est déjà difficile de se nourrir au self de l’hôpital toute la semaine, mais retrouver cet ersatz de cuisine le week-end, c’est assez démoralisant. Alors certes, entre copains c’est toujours sympa, et ça en fait presque oublier ( sur le coup) ce désastre architectural. Car de l’entrée au dessert, on a envie de tout dynamiter. Comme de vieux immeubles délabrés pour lesquels arrive un moment où leur reconversion en tas de poussière permet de métamorphoser un quartier peu gouleyant.

Fermons donc la porte sur ce brunch raté, et gardons-la bouclée à double tour. Sans oublier de jeter la clé aux oubliettes.

En attendant l’Or, 6 rue Faidherbe, 75011 Paris

L’addition : brunch = 21,50 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s