Le Cotte-Rôti

Restaurant Paris

Le 1 rue de Cotte a la cote auprès des gourmets. Pas étonnant, étant donné le florilège de « hummmm » ayant ponctué tout notre repas ! Car de l’entrée au dessert, chaque plat égale le précédent en terme de justesse, finesse, et ravissement.

Une charmante salle aux lumières voilées assortit comptoirs et tables basses. On se sent bien. Notre serveur nous apporte l’ardoise du jour, avec son menu à 39 euros pour entrée, plat et dessert.

Un serveur adorable, détendu, prévenant, qui nous met à l’aise d’entrée de jeu au détour d’une phrase bien pensée : « Alors avec ce que vous avez commandé, je pense que cette bouteille à 250 euros fera l’affaire, non ? ». Eclat de rire généralisé, of course. Car il est vrai que face au « L’Ivre de vins », on se sent un peu désemparés, nous vieux étudiants. Devant ces chiffres astronomiques, on écarquille les yeux et on somme notre sympathique serveur de voler à notre rescousse. Ce qu’il fait superbement. Il nous propose une bouteille de Sancerre rouge, à un prix ultra-correct, qui s’accorde avec l’ensemble de nos assiettes, et qui surtout déclenche à chaque gorgée un « hummm » supplémentaire.

Je l’ai a-do-ré ce vin. Il m’a tapé dans le palais, si je puis dire. Léger en bouche sans pour autant oublier de déployer des arômes soutenus et persistants. J’étais presque déçue une fois la bouteille vide ! J’en aurais bien siroté encore quelques gouttes, pour tout vous avouer.

Mais place à la découverte de nos ravissantes entrées : royale d’escargots, écume de pommes de terre et huile de persil pour mon ami :

Royale d'escargots

Pour ma part, un tartare de truite fumée, condiment à l’avocat et pickles de chou fleur constitue une grisante entrée en matière :

Les escargots sont juste parfaits. Pas élastiques du tout. Mon tartare de truite me ravit à chaque bouchée. Et c’est si joli que ça me fend le coeur de défaire une telle composition à chaque coup de fourchette.

Une épaule d’agneau confite doucement autour de la lasagne et du champignon et un filet de daurade en croûte de citron, céleri confit à la grenobloise et beurre noir ravivent nos « hummm » transitoirement envolés. La croûte de citron est fondante et croustillante à la fois, pas trop épaisse. Mon filet de daurade repose sur quelques feuilles de salade croquantes et bien assaisonnées, encerclées d’un duo de purée et de cubes fondants de céleri…c’est divin.

Il est temps de conclure ce chouette dîner. Notre dernier verre de vin accompagne une tarte au citron meringuée et granité de citron vert , et une bavaroise de pommes et son coeur de feuillantine.

La clôture du repas est aussi convaincante que son ouverture. Aucune fausse note d’un bout à l’autre. Pas même l’ombre d’une critique.

Les dernières gouttes de vin sonnent le glas de cette délicieuse soirée. La porte se referme sur nos estomacs remplis et bienheureux. Nul doute que le Cotte-Rôti est un coup de coeur, et un vrai !

Le Cotte-Rôti, 1 rue de Cotte, 75012 Paris

L’addition : menu soir à 39 euros + 1 bouteille de vin =  54 euros ( par personne, pour 2 personnes )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s