Angelina

Chocolat Angelina

Chez Angelina, le temps d’un chocolat chaud, les aiguilles de nos montres tournent en sens inverse. Ce décor doux, raffiné, coquet, à l’atmosphère ouatée, vous fait plonger plus d’un siècle en arrière, au coeur de la Belle Epoque. Mesdames, ressortez vos corsets, cambrez le dos, ressortez vos manches gigots. Messieurs, revêtez chapeau melon et montre à gousset : la fin du XIX° siècle vous appelle à grands cris !

Demi-tablier noir brodé et col claudine sont de rigueur pour les serveuses. Point de bruit à outrance. L’ambiance se révèle encore plus cosy une fois confortablement installés.

Un petit-déjeuner s’impose, mais pas n’importe lequel : chocolat chaud à l’ancienne et Mont Blanc, les deux spécialités de la maison. Pas question de succomber aux habituels pain-beurre-confiture et  mini-viennoiseries. Non, ici, c’est un « Africain » et un Mont Blanc ou rien !

Ils l’ont nommée « l’Africain » cette épaisse et suave boisson, et on comprend tout de suite pourquoi. On a l’impression de boire une plaquette de chocolat fondue. Point de lait en poudre ni de cacao. Chez Angelina, c’est un chocolat chaud et un vrai. Du chocolat fondu dans un fond de lait, tout juste assez pour conserver le qualificatif de « boisson ». Un peu plus et s’attend à trouver des carrés au fond de la tasse.

Ceci dit, c’est délicieux, mais super épais, presque un peu trop. A tel point que nous comprenons l’utilité de la carafe d’eau déposée en même temps que les chocolats. C’est que ça donne soif de boire un chocolat chaud ici ! Ajoutez à ceci une meringue recouverte de chantilly et de crème de marron ( le fameux Mont Blanc)….Les gourmands à l’excès doivent être ravis, mais les gourmands standards se trouvent dépassés. Car l’association Africain-Mont Blanc de bon matin, laissez moi vous dire que ça ne vous met pas en forme ! A peine sortis du lit, il se peut que vous ayez envie d’y retourner aussi sec.

Le chocolat chaud vaut le détour, c’est certain. Mais j’avoue qu’en ce qui concerne le Mont Blanc, j’ai du mal à comprendre pourquoi ils en vendent 600 par jour. C’est une boule de sucre pas très raffinée si ce n’est pas raffinée du tout, de composition très simple, avec une crème de marron qui, honnêtement, n’a pas trop de goût. Et après trois bouchées, plus moyen de déglutir quoi que ce soit. C’est lourd à souhait. D’où provient un tel engouement pour cette pâtisserie, je ne me l’explique pas.

Néanmoins, le décor est tellement chouette, et le chocolat tellement unique, qu’un arrêt s’impose si vous passez dans le coin. J’éviterai simplement pour ma part d’engloutir deux kilos de sucre lors de mon prochain passage !

Angelina, 226 rue de Rivoli, 75001 Paris

L’addition : un chocolat chaud « africain » + une pâtisserie = 15 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s