Cagliari : les bonnes tables

Restaurants Sardaigne

Prononcez « Caliari », comme s’il n’y avait pas de « g », avec l’accent sur le « Ca » , et vous voilà plongés dans l’ambiance ensoleillée de cette petite ville (que dis-je, c’est la plus grande de toute l’île ! ) sarde. Nul besoin de vous le préciser, ici, même au mois de septembre, tout respire les vacances à l’italienne : soleil de plomb, plages envahies par des sardes au teint mordoré tirant vers le toast trop grillé, pecorinoparmigiano  et salame débordant des étals des marchés, biquettes surgissant à l’improviste au détour d’une route de montagne, mythiques « ehhhh…. é littélé bit » (comprenez  » a little bit ») en réponse à nos multiples « parla inglese? »…. Benvenuti in Sardegna !

Ici, point de français certes, mais point d’anglais non plus. Certains (bien plus qu’on ne l’aurait pensé) nous ont pourtant attendri en baragouinant trois mots de français. Mais la langue anglaise est inconnue au bataillon , ce qui ne facilite pas les échanges lorsque votre vocabulaire italien se résume en tout et pour tout à buongiorno, grazie mille, et arrivederci. Heureusement que les guides tourisitiques sont là pour nous sortir de l’embarras et nous apprendre à réserver une table au restaurant ou à acheter des tomates au marché !

Mais entrons sans plus attendre dans le vif du sujet : les bonnes adresses de Cagliari.

Première étape, immanquable : apprécier une glace artisanale digne de ce nom. Pour ceci, dirigez-vous Piazza Yenne, aux portes de la citadelle, à l’Isola del Gelato. La présentation est tape-à-l’oeil à l’excès, à tel point qu’on la dévore des yeux et qu’on a envie de goûter à tout même aux parfums les plus incongrus, tant la customisation des bacs à glace est génialement kitsch.

Crémeuses à souhait, avec des saveurs ne décevant pas nos attentes, le tout dans un cornet artisanal croustillant à chaque bouchée : ce sont des gelati italiennes et des vraies. Qui peut résister ?

Restons dans le domaine « fructosé » , et passons aux biscuits sardes, qui n’ont rien d’exceptionnel mais qui valent tout de même le détour, surtout dans cette ravissante boutique surannée. Chez Durke (signifiant douceurs en dialecte sarde ), situé dans le quartier de la marina, on a l’impression que les biscuits viennent à peine de sortir du four. Disposés de façon joliment désordonnée sur un antique comptoir imposant, ils donnent envie d’être dévorés séance tenante.

L’échantillon avec lequel je suis ressortie de la boutique ne m’a pas laissé de souvenir impérissable. Les biscuits sont assez lourds et plutôt grossiers, mais malgré leur caractère commun ils restent appréciables et méritent tout de même un peu d’intérêt de la part de nos papilles.

Il est temps de passer au salé. A l’Antico Caffè, où se bousculent les artistes du coin, vous profiterez d’un décor raffiné et soigné, et d’un service irréprochable. Les serveurs sont à la limite de vous faire des moulinets au moment de déposer votre assiette. Les prix sont assez élevés, mais les spaghettis aux palourdes et à la bottarga que nous avons dégustées étaient effectivement très bien cuisinées.

Qu’en est-il des pizzas ? Nous avons goûté aux soi-disant meilleures pizzas de Cagliari. Et le résultat était plutôt concluant. Le restaurant était gorgé de monde, et les pizzas sortaient de l’unique four à un rythme effréné. Ma pizza à la bottarga (oeufs de mulet) et aux artichauts était insolite et fort plaisante à déguster.


Nous avions fantasmé comme il se doit sur les pizzas d’Il Fantasma, et nous sommes avoués satisfaits une fois notre assiette engloutie.

Et admirer un coucher de soleil en sirotant un cocktail, c’est possible? Certo ! Rendez-vous au café Librarium Nostrum situé dans la citadelle. Là, nous sommes tous tombés sous le charme du Maï Taï.  Composé entre autres de rhum blanc, rhum ambré, citrons verts et sirop d’orgeat, l’espiègle boisson a achevé de nous ravir. Sans oublier que les cocktails ne sont pas accompagnés de vulgaires arachides mais d’une assiette de charcuterie et de fromage. Et ça, c’est top !

Isola del Gelato, 35 Piazza Yenne
L’addition : un cornet de deux boules de glaces : 5 euros

Durke,  66 Via Napoli
L’addition : un sachet d’une dizaine de gâteaux : 10 euros

Il Fantasma, 94 via San Domenico
L’addition : une pizza + un verre de vin = 15 euros

Café Librarium Nostrum, 35 via Santa Croce
L’addition : un cocktail = 8 euros

Antico Caffè, Piazza Costituzione
L’addition : un plat + un coca-light = 28 euros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s