Oenosteria

Restaurant italien

A la recherche d’une bonne table italienne à Paris ? Courez chez Oenosteria, dans le 6ème arrondissement. Je dis bien courez, car parvenir à arriver au moment où une table se libère relève quasiment de l’exploit, tant le succès de ce lieu ne décroît pas. En même temps, il est difficile de résister. Imaginez-vous : une salle cosy, ni trop grande ni trop exigue, aux lumières tamisées, avec un chapelet de jambons secs et de saucissons plus dodus les uns que les autres habillant l’arrière du bar,  des tables en bois massif, et surtout des serveurs italiens pour vous accueillir, des vrais de vrais, avec l’accent tout ça tout ça. Ca ne donne pas envie de faire demi-tour, croyez-moi !

L’endroit est plein de charme, et on a qu’une seule envie: s’installer autour d’une bonne bouteille et savourer cette charcuterie qui n’en finit pas de nous taper dans l’oeil.

Manque de place oblige, nous sommes installés à une table de huit , autour de laquelle se mélangent déjà deux copines British et une famille de quatre. Après un « bonsoir » de rigueur, puisque mine de rien nous nous trouvons tous nez à nez sans l’avoir prévu, nous prenons place et savourons la victoire d’avoir enfin décroché une table ( un coin de table en l’occurrence ). Le niveau sonore est assez élevé, si bien que durant tout le repas nous n’avons pas eu l’impression de dîner avec des inconnus, mais plutôt de jouir d’une chouette portion de table, sans être aucunement dérangés par cette proximité imposée.

Le serveur s’empresse de nous apporter la carte ainsi que l’ardoise du jour.  Ni une ni deux nous lui demandons conseil, face à cette ardoise sur-remplie, et optons pour une mosaïque de mozzarella fraîche, asperges et jambon italien, le tout parsemé de brisures de truffes :

La composition de l’ensemble est assez simple, mais de qualité. L’assiette a un aspect appétissant à souhait, et nous nous en délectons pianissimo.

Il ne nous reste plus qu’à mettre leurs desserts à l’épreuve. Et très honnêtement, je ne m’attendais pas à écarquiller les yeux à la première bouchée. Mais si. Nos deux desserts étaient délicats, savoureux, fondants…bref, fameux. Le tiramisu était pile à bonne température, aérien mais pas trop, fondant en bouche, laissant un arrière goût de « vite-une-autre-bouchée ». Et la panna cotta, pas compacte pour un sou, douce et fondante, légère, avec ce grisant petit goût de crème qui nous donne furieusement envie de terminer la verrine à toute allure. Bref, un succès !


Panna cotta

Les prix ne sont pas donnés, mais la qualité de l’ensemble semble parfaitement les justifier.

Ici, des produits de qualité aux accents italiens emplissent des tables peu nombreuses mais toujours remplies. C’est bien simple, c’est toujours plein à craquer ! Et on en ressort avec une plaisante impression d’avoir goûté à l’Italie, la vraie.

Oenosteria, 40 rue Grégoire de Tours, 75006 Paris

L’addition : un plat + un dessert + un verre de vin = 35 euros

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Eric dit :

    Quelle plume. Quelques phrases suffisent à nous convaincre. J’ai hâte d’avoir de vos nouvelles. Bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s